Les protections, appelées aussi communément coques, sont des éléments essentiels de la sécurité à moto. En cas d’impact, elles absorbent une partie du choc pour limiter les dégâts causés au corps du motard. Ces petits bouts de plastiques sont donc essentiels à notre sécurité, mais comment être sûr d’être bien protégés ? Je vous propose un tour d’horizon des protections à travers quelques questions que l’on s’est tous posé.

  • Une coque rigide me protège mieux qu’un matériau souple

Pas forcément. L’objectif d’un protecteur de choc est d’absorber et de dissiper tout ou partie de l’onde de choc générée par la rencontre du corps avec un obstacle dur (sol, mur, glissière métallique etc).
Les matériaux souples de nouvelle génération sont très efficaces pour absorber et diminuer les impacts sur le corps.

  • Comment reconnaitre un bon matériau de protection ?

A moins d’effectuer des tests poussés ou d’être ingénieur matériau spécialisé, il est difficile de jauger la capacité de protection d’un produit uniquement au regard et au toucher.

Les normes européennes 1621-1, 1621-2 et 1621-3 vont vous aider à comprendre les protecteurs. (extraits du site afnor)

NF EN 1621-1  mars 2013 : Vêtements de protection contre les chocs mécaniques pour motocyclistes — Partie 1 : Exigences et méthodes d’essai des protecteurs — Exigences et méthodes d’essai

« La présente Norme européenne spécifie les exigences et les méthodes d’essai pour les protecteurs contre les chocs sur les articulations incorporés ou destinés à être incorporés dans des vêtements pour motocyclistes ou utilisés comme articles séparés.« 

NF EN 1621-1  mars 2014 : Vêtements de protection contre les chocs mécaniques pour motocyclistes – Partie 2 : protecteurs dorsaux – Exigences et méthodes d’essai

« La présente Norme européenne spécifie la couverture minimale que doivent assurer les protecteurs dorsaux portés par les motocyclistes dans les conditions normales de circulation. Elle fournit les exigences en matière de performances des protecteurs soumis à des chocs et le détail des méthodes d’essai. Elle mentionne également les exigences relatives au système de tailles, à l’ergonomie, à l’innocuité, à l’étiquetage et à la fourniture d’une notice d’information.« 

NF EN 1621-3  décembre 2108 : Vêtements de protection contre les chocs mécaniques pour motocyclistes – Partie 3 : protecteurs de poitrine pour motocyclistes – Exigences et méthodes d’essai.

« Le présent document spécifie le niveau minimal de protection que les protecteurs de poitrine pour motocyclistes doivent fournir. La présente norme contient les exigences relatives à la performance des protecteurs en cas de choc et les détails relatifs aux méthodes d’essai, ainsi que les exigences relatives aux dimensions, à l’ergonomie, à l’innocuité, à l’étiquetage et à la fourniture d’informations. Le présent document définit un produit qui fournit une protection limitée contre les chocs mécaniques et les chutes sur la poitrine. Si le produit n’a pour vocation que de protéger contre le gravier (communément utilisé dans les courses de motocross) , l’EN 14021 s’applique. Le présent document s’applique lorsqu’un produit est conçu pour assurer une protection contre les chocs mécaniques et contre le gravier.« 

NF EN 1621-4 Mai 2013 Vêtements de protection contre les chocs mécaniques pour motocyclistes – Partie 4 : protecteurs gonflables pour motocyclistes – Exigences et méthodes d’essai

« La présente Norme européenne concerne les exigences et les méthodes d’essai relatives aux protecteurs gonflables à déclenchement mécanique (appelés dans le texte qui suit « protecteurs ») pour conducteurs de motocycles. Elle spécifie le niveau minimal de protection, le temps de déploiement minimal d’un coussin gonflable et la protection minimale que les protecteurs pour motocyclistes portés par des conducteurs doivent fournir. »

Les protections des articulations, Coude, genou, hanche, épaule.
protecteurs d’articulations
  • Quelles protections dois-je prendre pour mes articulations ? Épaule, coude, genou, hanche

La norme 1621-1 détaille le cahier des charges des protections des articulations : quelle zone doit être couverte exactement, quelle taille de protecteur, quel niveau de protection ou d’absorption du choc. Il existe deux tailles de protecteurs : A pour les plus petits, B pour les plus grands.

La taille varie en fonction de l’articulation couverte, c’est-à-dire qu’un protecteur de taille B (grande taille) pour les hanches peut être considéré comme de taille A pour le coude ou le genou. Un même protecteur pourra être utilisé pour plusieurs zones du corps, ceci étant enregistré lors de la certification. Mais un protecteur pour les coudes ne pourra pas forcément être utilisé pour les épaules car la zone couverte ne conviendra peut-être pas. Le marquage vous indique quelle zone est correctement protégée par la protection.
Le fabricant du blouson ou du pantalon qui comportera ces protections choisit la taille qu’il veut utiliser puisque le dispositif de fixation des protections sera adapté à la taille du protecteur.

Les protecteurs d’articulation existent en deux niveaux :
niveau 1. Après un impact de 50J, laisse passer une force maximale de 35 kN
niveau 2. Après un impact de 50J, laisse passer une force maximale de 20KN Les tests sont effectués à plusieurs reprises, les protecteurs devant être efficaces pour plusieurs chocs. Les tests sont également effectués dans différentes conditions atmosphériques : normales, humides, chaud froid. Si les protecteurs existent dans différentes couleurs, toutes les couleurs sont testées afin de s’assurer que le traitement coloré ne change pas les propriétés du matériau utilisé.
Le fabricant des protecteurs reçoit alors un rapport d’essai complet et le certificat d’homologation avec le détail des protecteurs validés par le certificat.

Une dorsale légère mais protectrice pour compléter la veste bonnette
La dorsale choisi par 2Milesix
  • Quelle protection dois-je prendre pour mon dos ?

La norme 1621-2 détaille le cahier des charges des protections dorsales : quelle zone doit être couverte exactement, quelle taille de protecteur, quel niveau de protection ou d’absorption du choc.
Comme pour les protecteurs d’articulation il existe 2 niveaux de protection, plus exigeants :
niveau 1. Après un impact de 50J, laisse passer une force maximale de 20 kN
niveau 2. Après un impact de 50J, laisse passer une force maximale de 9KN

Les tests sont effectués à plusieurs reprises et dans différentes conditions.

  • Quelle protection dois-je prendre pour ma poitrine ?

La norme 1621-3 détaille le cahier des charges des protections dorsales : quelle zone doit être couverte exactement, quelle taille de protecteur, quel niveau de protection ou d’absorption du choc.
Il existe 2 niveaux de protection :
niveau 1. Après un impact de 50J, laisse passer une force de 30 kN et une répartition de l’impact à 15%
niveau 2. Après un impact de 50J, laisse passer une force de 20KN et une répartition de l’impact à 30%
Les tests sont effectués à plusieurs reprises et dans différentes conditions.
Il existe très peu de protecteurs de poitrine préformé pour les poitrines féminines.

logo CE officiel
L’apposition du logo CE officiel est normé.

Comme vous le voyez les niveaux 1 et 2 de chaque type de protecteur sont différents, ce qui peut entraîner des confusions quant à la protection réellement offerte lorsqu’on ne maitrise pas le sujet. S’informer est donc essentiel !

Les protecteurs de chevilles insérés dans les bottes et les protecteurs de jointures de main présents dans les gants font l’objet d’autres normes.

  • Quelle durée de vie pour mes protections ?

Le fabricant décide d’une durée de vie pour ses équipements et le notifie. Bien entendu cette durée de vie est également dépendante de l’entretien et du soin apporté à ces équipements.

  • Comment et où retrouver ces informations ?

Toutes les informations suivantes doivent être inscrites de manière indélébile sur le protecteur de choc, à l’aide de pictogramme normé :

Pictogramme moto : produit testé et dédié à la pratique de la moto
Taille A ou B en fonction de la zone de protection
Zone de protection : E : Elbow coude / S : Shoulder épaule / H : Hip hanche/ K : Knee genou

Le marquage est normé avec un pictogramme, les zones couvertes, la taille,le niveau obtenu, la norme applicable.
une partie du marquage des protections


Pour les dorsales : zone couverte, taille recommandée pour le porteur
Norme applicable : 1621-1, 1621-2 ou 1621-3
Logo CE : produit répondant à la norme EPI
Nom du fabricant et adresse
Positionnement (haut du protecteur)
Date de fabrication
Référence du protecteur
Le fabricant fournit également un livret d’accompagnement qui rappelle les risques de la pratique moto ainsi que les recommandations d’entretien.

  • Mes protections sont homologuées donc mon vêtement est homologué

NON
L’homologation des protections ou d’un vêtement sont deux process différents.

Les protections et le vêtement sont chacun des EPI : Équipement de Protection individuel. Les protecteurs sont des EPIs normés insérés dans un EPI vêtement, normé selon une autre norme, dont les tests sont différents.
Le protecteur va limiter la transmission d’impact lors d’un choc alors que le vêtement vous protège contre la coupure, l’abrasion.
La nouvelle norme vêtement NF EN 17092 définit 5 niveaux de protection, pour les niveaux B et C les protecteurs ne sont pas obligatoires.
Un vêtement peut donc être homologué sans protecteurs de choc et des protections certifiées ne garantissent pas l’homologation du vêtement.

Le vêtement homologué comporte une étiquette avec les logos CE et moto, le niveau et la norme, un livret d’accompagnement est obligatoirement fourni avec.
Sur un site internet, lorsque vous regardez une fiche produit d’un vêtement, si seul le niveau d’homologation des protecteurs est noté il y a une forte probabilité que le vêtement lui-même ne soit pas homologué.

  • Mon vêtement est homologué selon la norme NF EN 17092 niveau AAA, AA ou A donc mes protections sont homologuées

OUI
Le niveau de protection (1 ou 2) reste toutefois au choix du fabricant du vêtement.

Lors de la certification du vêtement en niveau AAA, AA ou A les protections obligatoires sont vérifiées par le laboratoire indépendant qui teste le vêtement. Les certificats nécessaires sont présentés.
Le laboratoire vérifie également que les EPI protections sont conformes et correctement positionnées dans l’EPI vêtement. La notice du vêtement (obligatoire pour un produit certifié) liste les protections fournies et recommandées par le fabricant du vêtement pour le remplacement ultérieur si besoin.

Jean les gets, porté par une motarde.
Des protections invisibles sur un jean 2MileSix
  • Quels choix sont fait par 2MileSix ?

Les protections choisies par 2Milesix sont fabriquées en Europe et de toute dernière génération, le certificat datant de mars 2020.
Cette génération utilise des matériaux souple, légers et offrant une protection de niveau 2 que ce soit pour les protecteurs d’articulation ou dorsale.
Pour les protecteurs d’articulation, la norme étant moins contraignante que pour le dos, il m’apparaissait indispensable de choisir du niveau 2 qui équivaut à un niveau 1 de dorsale.
La souplesse de protecteurs permet d’oublier que l’on porte une armure de protection, des protecteurs niveau 2 qui restent dans le placard parce qu’ils sont inconfortables ne servent à rien.

La veste Bonnette et les jeans sont homologués niveau AA, comportent des protecteurs niveau 2 aux articulations, la dorsale recommandée est de niveau 2 également.

La sécurité sans négliger le style : Ride your style !

Laisser un commentaire

7 + 14 =