Imaginez 700km de bitume qui serpente entre certains des plus beaux cols de France, 700 km de virages et d’émerveillement, de paysages de montagnes entre neiges éternelles et lacs aux eaux cristallines.

La Route des grandes Alpes est née au début du XXème siècle sous l’impulsion du Touring Club de France. Route aujourd’hui touristique, elle est pensée comme une route stratégique reliant la méditerranée au Léman. En 1911, les premiers voyages sont organisés même si l’itinéraire complet n’est pas achevé. Les tronçons existants sont partiellement reliés. Au cours du XXème siècle l’itinéraire sera modifié, reliant désormais Menton, et non plus Nice, la route du Cormet de Roselend est achevée en 1970, La Route des Grandes Alpes est désormais un itinéraire touristique ouvert de juin à septembre en fonction de l’enneigement des 18 cols qui la jalonne. Prisée des vélos, campings-car, la parcourir à moto permet de la vivre intensément.

Le Col des Gets

Premier col franchi 37 km après avoir quitté Thonon-les-bains, le col des Gets, situé en haute-Savoie assure la liaison routière entre la Vallée de la Dranse (vallée d’Aulps) et la Vallée du Giffre (Tanninges). A 1170m d’altitude le col se franchit aisément, ainsi que la station touristique des Gets, première station française à s’équiper d’un télésiège en 1947.Un bel échauffement pour débuter cette route mythique.

Le Cormet de Roselend

111km après le col des Gets on franchit le Cormet de Roselend, situé en Savoie et culminant à 1968m, avec son barrage et son lac artificiel aux couleurs chatoyantes. Environ 40km de paysages entre Beaufort et Bourg-Saint-Maurice, 40km de route de moyenne montagne qui s’ouvre ensuite sur le lac aux eaux bleu-vert, puis une route de hauts plateaux et enfin la descente sur Bourg-Saint-Maurice, technique avec ses épingles serrées et son manque de largeur. C’est un peu la montagne, ses difficultés et bonheur, résumées en une route.

le barrage et le col vu d’en haut
Source : Arèches-Beaufort

Le col de L’Izoard

En continuant vers le Sud, on entre dans les Hautes-Alpes, on traverse la ville de Briançon et on attaque le col de l’Izoard. Avec une altitude de 2362m et environ 50km de route entre Briançon et Guillestre, l’Izoard déploie des paysages divers. Entre forêt de mélèzes, décor rocailleux puis lunaire dans la casse Déserte, les virages et paysages s’enchainent pour notre plus grand bonheur. Le mémorial au sommet du col rend hommage au général baron Berge, qui a fait construire la route entre 1893 et 1897.Il s’agit de mon col préféré et mes yeux brillent à chaque fois que je pense à cette route. 

la stèle au s ommet de l’izoard est un spot photo pour tous les motards et motardes

La cime de la Bonette

Col des Alpes de Haute-Provence, la cime de la Bonette culmine à 2860m, la route de la cime atteint 2802m, pour atteindre le sommet, vous devrez donc descendre de moto et finir les derniers mètres d’ascension à pied. La route de la cime est la deuxième plus haute route goudronnée des alpes, après la Ötztaler Glescherstrasse (2829m – Autriche) et devant le col de l’Iseran (2764m) et le Stelvio (2744m – Italie)50km de virages en haute montagne entre Jausiers et Saint Etienne de Tinée, des paysages arides et rocheux, des marmottes qui traversent devant vos roues, la montagne s’impose. La route principale s’arrête à 2715m, et le dernier tronçon entoure la cime et parcourt les derniers mètres. 

la vue à la cime de la Bonette est époustouflante par beau temps, laissez les moto et finissez de monter à pieds

Ces 4 cols sont pour moi des moments de bonheur au guidon, tous différents, complémentaires, ils forgent votre expérience motarde tout en traversant des paysages magnifiques. Ils ont donc transmis leurs noms aux produits de la première collection, « roadtrip estival ».

Laisser un commentaire

vingt − un =